L’effet «Partons la mer est belle»

Stéphane et moi on a fredonné cette chanson-là à Laurent dès qu’on a su qu’il existait. Plusieurs fois par semaine. C’était notre chanson.

Quand il est né, et qu’il a vu de la lumière et entendu des nouveaux bruits pour la première fois, il avait l’air pas mal stressé. Le réflexe de chéri: le bercer contre lui en lui fredonnant les paroles. Laurent a complètement arrêté de gigoter, et s’est mis à regarder Stéphane avec l’air de dire: ah je te reconnais toi.

Encore aujourd’hui, dès que Laurent est agité, on lui chante doucement Partons la mer est belle et ça produit un effet calmant presque instantanément.

mouettes

Pour ceux qui ne la connaisse pas, voici donc la chanson magique:

Amis, partons sans bruit;
La pêche sera bonne
La lune qui rayonne
Éclairera la nuit.
Il faut qu’avant l’aurore
Nous soyons de retour
Pour sommeiller encore
Avant qu’il soit grand jour.

Partons, la mer est belle;
Embarquons-nous, pêcheurs,
Guidons notre nacelle,
Ramons avec ardeur.
Aux mâts hissons les voiles,
Le ciel est pur et beau,
Je vois briller l’étoile
Qui guide les matelots!

Ainsi chantait mon père
Lorsqu’il quitta le port.
Il ne s’attendait guère
À y trouver la mort.
Par les vents, par l’orage,
Il fut surpris soudain,
Et d’un cruel naufrage
Il subit le destin.

Partons, la mer est belle;
Embarquons-nous, pêcheurs,
Guidons notre nacelle,
Ramons avec ardeur.
Aux mâts hissons les voiles,
Le ciel est pur et beau,
Je vois briller l’étoile
Qui guide les matelots!

Je n’ai plus que ma mère
Qui ne possède rien;
Elle est dans la misère,
Je suis son seul soutien.
Ramons, ramons bien vite,
Je l’aperçois là-bas,
Je la vois qui m’invite
En me tendant les bras.

Advertisements

Balthazar: un tour du monde qui donne le goût

Stéphane a déniché un exemplaire du livre Balthazar, un tour du monde en famille dans une librairie de livre usagés. Ça nous était prédestiné.

Leur tour du monde: 5 ans de voyage par 3 océans et 34 pays, avec en banque plus de 32 000 milles nautiques en famille.

Leur livre: 130 pages de photos et d’anecdotes et 1001 raisons de vivre l’expérience à notre tour.

Moi aussi, je veux enseigner la géographie de la manière la plus efficace à mes enfants. Et leur faire découvrir un monde tellement différent de notre réalité montréalaise.

Est-ce que ça vous surprendrait si je vous disais que ça a été mon livre de chevet pendant quelques mois?

Ohé ! Ohé ! Matelot, Matelot navigue sur les flots

Avoir un bébé, ça veut dire recevoir un tonne de cadeaux (merci tout le monde!). Parmi tout ce que j’ai reçu, je vous dirais que j’ai eu un gros coup de coeur pour le BB Bandana d’Electrik Kidz offert par mon amie Zélia.

C’est subtil, tellement mignon qu’on lui laisse quand on sort, ça tient la suce mieux que n’importe quoi et ça ramasse si bien les coulisses de bave.

Laurent-matelot-1

En plus, ça lui donne un beau petit air de matelot, non?

Un bateau sans rame ni moteur, ça avance comment?

Juin 2007. C’est le premier anniversaire en compagnie de mon nouveau copain. Il m’annonce que, pour mon cadeau, il m’amènerait passer une journée en bateau, mais me laissait deviner de quel type d’embarcation il s’agissait.

bateau-papier

En kayak?

-Non

En canot?

-Non

En bateau à moteur?

-Non

Heu… Ça avance avec des rames?

-Non

Ben là, un bateau, si ça n’avance pas avec des rames ni avec un moteur, ça avance comment?

Et ça m’a pris un gros dix minutes à essayer de trouver, gênée. J’étais vraiment pas vite. J’ai même fini par demander de l’aide à mon coloc qui l’a eu du premier coup. Malaise.

Je vous jure que maintenant, je sais qu’un bateau, sans rame ni moteur, ça peut avancer avec du vent.

Un régate-mobile

Nos amis connaissent évidemment notre passion pour la voile. Et ça donne lieu à des idées plus-qu’originales quand vient le temps de s’échanger des cadeaux. Pour son arrivée, Laurent s’est donc vu offrir par Chloé et Marc ce magnifique mobile de voiliers fabriqué à la main par les artisans de la compagnie danoise Flensted.

Mobile-voilier

Mobile-voiliers

L’objet trône depuis ce temps-là comme une pièce maîtresse dans la décoration de sa chambre. C’est aérien et délicat (et franchement très beau). Je l’ai installé juste à côté de la chaise où j’allaite. Maintenant qu’il commence à interagir un peu plus avec son environnement, il essaie d’attraper les petits bateaux qui flottent dans les airs. Mignon comme tout.

Premià de Mar, on se reverra

Premià de Mar, ce n’est sûrement pas la première place où l’on penserait accoster quand on s’imagine le voyage de nos rêves. C’est pourtant la destination que j’ai choisie pour briser la glace. Pourquoi? Parce que du haut de mes 19 ans, j’y ai habité 8 mois et je meurs d’envie de partager cette tranche de vie avec mon chéri et ma progéniture.

Premià, c’est une petite ville côtière situé à environ une demi-heure au nord de Barcelone. J’y suis allée en tant que Fille AuPair pour garder des enfants (et voyager aussi, disons-le).

Festa-Major-Premia-7

J’aimais bien le quartier situé à côté de la plage, qui avait tout le cachet qu’on s’imagine d’une petite ville espagnole. C’est là qu’il fallait aller pour regarder les matchs de foot.

Festa-Major-Premia-8

Mais la raison principale pour laquelle j’aimerais faire découvrir la ville à ma famille, c’est la Festa Major de Premià. Comment résumer la fête? Ça commence avec un bateau de pirate qui s’approche de la plage. Tous les habitants y sont réunis pour les chasser.

Festa-Major-Premia-5

Mais là, ils ne réussissent pas et les pirates envahissent la ville…

Festa-Major-Premia-6

Ça fait que quelques jours plus tard, il y a une bataille générale sur la place publique. Les bons contre les méchants. Ça tire de partout. Plusieurs sont touchés.

Festa-Major-Premia-3

(Les méchants lancent de la farine, et les gentils les chassent à coups de fusils à eau. On imagine le beau gâteau).

Festa-Major-Premia-2

Pendant la semaine, c’est entrecoupé de manifestions artistiques, comme ces castells, une tradition catalane. Ou bien la course des tout-nus en pleine nuit.

Festa-Major-Premia-4

Et tout ça, ça fini quand tout le village se réunit sur la plage pour un immense feu d’artifice au-dessus de la mer Méditerranée.

Festa-Major-Premia-1

C’est beau. C’est festif. C’est le bonheur.
Chéri, quand est-ce qu’on y va?

Larguer les amarres!

Faire le tour du monde en voilier, en famille. C’est un rêve un peu fou, on sait. Surtout lorsqu’on part de rien. D’absolument rien. Quand on a décidé que ce serait notre projet de vie, on n’avait ni expérience en voilier, ni famille. Aujourd’hui, au moins la famille est commencée. Notre Laurent est arrivé dans nos vies en septembre dernier. Et maintenant notre désir de partir au large s’est réaffirmé encore plus fort.

Je ne sais pas encore quelle direction prendra ce blogue. Ce que je sais par contre, c’est que je veux garder des traces de la route qui nous mènera un jour à l’accomplissement de notre rêve pour en faire une sorte d’héritage numérique pour notre -nos?- petit.

amarres

Embarquerez-vous avec nous?