Petit retour sur le projet

Quand Stéphane et moi avons pris la décision de faire un jour le tour du monde en famille, on n’avait ni bateau, ni famille. Je n’avais fait de la voile qu’une seule fois, sur un tout petit lac dans les Cantons-de-l’Est. Et je pense même que ça ne faisait pas encore un an qu’on se connaissait. Aussi bien dire que lorsqu’on en parlait à notre entourage, il y avait presque systématiquement des petits sourires en coin de scepticisme.

Depuis, on prend pratiquement toutes les grosses décisions de notre vie en fonction de ce projet de fou. Stéphane a fait un virage à 180 degré au niveau professionnel ; il a fait un retour aux études pour passer d’enseignant au primaire à entrepreneur/investisseur immobilier. J’ai orienté ma carrière de consultante en communication marketing de façon à soutenir ce projet de telle sorte qu’on puisse ne vivre que de l’immobilier d’ici 2020.

L’objectif? Être en mesure de financer adéquatement ce voyage lorsque le temps sera venu, quelque part près de 2025…

Pour le moment, ces gros projets nous accaparent beaucoup de temps, on va être honnête. Avec un tout-petit de deux ans et une autre en formation, ça complique quand même pas mal l’organisation des sorties de voile estivales, d’autant plus que nous n’avons pas encore notre propre bateau pour sortir quelques heures seulement lorsque le vent est bon.

Mais on est confiant en l’avenir. Tout vient à point à qui sait attendre. Ce projet de fou, c’est le projet d’une vie. Et la vie, on l’a encore au complet devant nous.

Advertisements

La société secrète

Parler de voile, ce n’est pas toujours le premier sujet de conversation qui nous vient à l’esprit quand on est entre amis, je vous assure. On ne connaissait donc pas beaucoup de skippers ou de gens avec qui partager notre passion.

Depuis qu’on a commencé la rédaction de ce blogue, de plus en plus de gens nous disent qu’eux aussi font de la voile et/ou ont des grands projets de traversée outre-mer tout comme nous. Ça nous ouvre toute grande une porte sur un monde dont on ne connaissait pas du tout l’ampleur.

Merci les Internets.

societe-secrete

L’initiation du petit poisson

Laurent a eu son initiation à la voile en mai dernier. Et son initiation à la nage dans un lac à la St-Jean-Baptiste (parce que c’est bien beau avoir du plaisir sur l’eau, il faut aussi avoir du plaisir dans l’eau).

Bébé-Laurent-au-Lac-1

Oui, Laurent était en commando.

Bébé-Laurent-au-Lac-3

L’eau était un peu froide, mais… ça n’a pas été long que le plaisir a pris le dessus!

Bébé-Laurent-au-Lac-2

L’effet «Partons la mer est belle»

Stéphane et moi on a fredonné cette chanson-là à Laurent dès qu’on a su qu’il existait. Plusieurs fois par semaine. C’était notre chanson.

Quand il est né, et qu’il a vu de la lumière et entendu des nouveaux bruits pour la première fois, il avait l’air pas mal stressé. Le réflexe de chéri: le bercer contre lui en lui fredonnant les paroles. Laurent a complètement arrêté de gigoter, et s’est mis à regarder Stéphane avec l’air de dire: ah je te reconnais toi.

Encore aujourd’hui, dès que Laurent est agité, on lui chante doucement Partons la mer est belle et ça produit un effet calmant presque instantanément.

mouettes

Pour ceux qui ne la connaisse pas, voici donc la chanson magique:

Amis, partons sans bruit;
La pêche sera bonne
La lune qui rayonne
Éclairera la nuit.
Il faut qu’avant l’aurore
Nous soyons de retour
Pour sommeiller encore
Avant qu’il soit grand jour.

Partons, la mer est belle;
Embarquons-nous, pêcheurs,
Guidons notre nacelle,
Ramons avec ardeur.
Aux mâts hissons les voiles,
Le ciel est pur et beau,
Je vois briller l’étoile
Qui guide les matelots!

Ainsi chantait mon père
Lorsqu’il quitta le port.
Il ne s’attendait guère
À y trouver la mort.
Par les vents, par l’orage,
Il fut surpris soudain,
Et d’un cruel naufrage
Il subit le destin.

Partons, la mer est belle;
Embarquons-nous, pêcheurs,
Guidons notre nacelle,
Ramons avec ardeur.
Aux mâts hissons les voiles,
Le ciel est pur et beau,
Je vois briller l’étoile
Qui guide les matelots!

Je n’ai plus que ma mère
Qui ne possède rien;
Elle est dans la misère,
Je suis son seul soutien.
Ramons, ramons bien vite,
Je l’aperçois là-bas,
Je la vois qui m’invite
En me tendant les bras.

Larguer les amarres!

Faire le tour du monde en voilier, en famille. C’est un rêve un peu fou, on sait. Surtout lorsqu’on part de rien. D’absolument rien. Quand on a décidé que ce serait notre projet de vie, on n’avait ni expérience en voilier, ni famille. Aujourd’hui, au moins la famille est commencée. Notre Laurent est arrivé dans nos vies en septembre dernier. Et maintenant notre désir de partir au large s’est réaffirmé encore plus fort.

Je ne sais pas encore quelle direction prendra ce blogue. Ce que je sais par contre, c’est que je veux garder des traces de la route qui nous mènera un jour à l’accomplissement de notre rêve pour en faire une sorte d’héritage numérique pour notre -nos?- petit.

amarres

Embarquerez-vous avec nous?