Le Guide Prana: naviguer dans les Antilles pour les nuls

Je suis tombé sur le blogue Prana ce matin. C’est une véritable petite mine d’or d’informations pour ceux qui veulent faire de la voile dans le secteur des Antilles.

Leur point de vue pour l’été 2013.

Prana, c’est un couple de Montréalais dans la cinquantaine qui vivent sur leur voilier depuis trois ans. Ils partagent les insides qu’ils ont trouvé sur place dans le secteur des Antilles, de Porto Rico à Tobago.

Je dis surtout merci pour leur sommaire des mouillages des Antilles. C’est tellement généreux de leur part de partager ce condensé d’informations! On conserve ça précieusement.

Le contrepoids

On a commencé à faire de la voile plus sérieusement l’année dernière, quand on a pris nos cours avec Pierre, au même moment où j’étais bien enceinte de Laurent.

Je dois avouer que j’avais de la misère à aller faire les manoeuvre au pont. Je n’avais pas d’équilibre et je trouvais ça vraiment dur de rester stable avec un genou sur le génois. Mais j’étais beaucoup trop orgueilleuse pour laisser faire ces manoeuvres par les autres, alors je chialais en silence.

Quand on a fait notre première sortie de l’année, je me suis surprise à n’avoir aucune difficulté à me promener sur le pont. J’étais même à l’aise. Et je me suis rendu compte que mon problème de mobilité, ça devait simplement être une question de bedaine.

Dah.

Examen de voile | août 2012

Examen de voile | août 2012

Profiter du calme plat

Faire du voilier sans vent, ça peut être long longtemps. Quand on est revenu de notre dernière sortie de voile il y a deux semaines, on s’est dit que ça serait le fun d’amener des jeux pour passer le temps la prochaine fois où l’eau se prendrait pour un miroir. Assez peinard, on sait.

On a donc pris le taureau par les cornes et commencé à chercher un jeu qui s’amènerait bien sur l’eau. On aime bien jouer au Cribble, mais un jeu de cartes et le vent ne vont pas bien ensemble. Jusqu’à ce qu’on trouve ceci.

Jeu de cartes magnétisées

C’est un jeu de carte magnétisées qui collent vraiment super bien sur une table de jeu (aimantée). Pas de stress avec le vent ou la gîte.

Un monde de possibilités s’offre à nous maintenant.

Miroir, Miroir, quand y aura-t’il du vent?

On n’aurait pas pu avoir une journée de voile plus pépère pour la première sortie de Laurent: le lac St-Louis était un véritable miroir.

IMG_1382

Le ciel était magnifiquement bleu, ponctué de petits nuages blanc. Le soleil était radieux, bien chaud. Et il n’y avait pas une miette de vent. De loin, les gens devaient penser qu’on faisait de la voile. Mais non. On gérait plutôt un parasol. Il a fallu faire attention pour ne pas avoir un petit bébé steamé.

IMG_1418

Le point positif: aucun stress avec Laurent qui a fait ça comme un champion. On lui avait acheté un petit VFI de bébé, qu’on n’a même pas eu besoin de lui mettre. On aurait par contre penser à amener des cartes ou des jeux de route pour passer le temps. On a fait du sur-place la majeure partie de la journée. Sans ancre. Et de façon bien involontaire.

Voile-18-mai-1

On espère juste qu’on n’aura pas trop couper l’envie à Chloé et Marc de nous accompagner à nouveau. Et que je vais pouvoir me pratiquer plus que ça la prochaine fois. Dur dur de sentir le bateau quand ça a zéro propulsion.

Bon, on a déjà hâte à la prochaine fois.

Le petit trésor de Laurent

Lorsque ma grand-mère a vidé sa maison à la suite du décès de mon grand-père, elle se débarrassait de vraiment beaucoup de choses. Leur maison était comme figée dans le temps. La déco n’avait pas changé depuis qu’ils y avaient aménagé il y a plus de 30 ans. Une vraie caverne d’Ali Baba pour les amateurs de vintage.

Parmi tous les trésors que j’ai pu récupérer, un objet était déjà destiné à embellir la future chambre de bébé (tsé dans le temps où on l’appelait la pièce-de-trop).

barre-a-roueCette barre à roue a tellement toujours été dans le sous-sol chez mes grands-parents que je ne la remarquais même pas. Je n’ai même pas connaissance qu’ils aient déjà eu une quelconque passion pour le monde nautique. C’est pour dire.

Elle nous était peut-être prédestinée.

 

 

L’effet «Partons la mer est belle»

Stéphane et moi on a fredonné cette chanson-là à Laurent dès qu’on a su qu’il existait. Plusieurs fois par semaine. C’était notre chanson.

Quand il est né, et qu’il a vu de la lumière et entendu des nouveaux bruits pour la première fois, il avait l’air pas mal stressé. Le réflexe de chéri: le bercer contre lui en lui fredonnant les paroles. Laurent a complètement arrêté de gigoter, et s’est mis à regarder Stéphane avec l’air de dire: ah je te reconnais toi.

Encore aujourd’hui, dès que Laurent est agité, on lui chante doucement Partons la mer est belle et ça produit un effet calmant presque instantanément.

mouettes

Pour ceux qui ne la connaisse pas, voici donc la chanson magique:

Amis, partons sans bruit;
La pêche sera bonne
La lune qui rayonne
Éclairera la nuit.
Il faut qu’avant l’aurore
Nous soyons de retour
Pour sommeiller encore
Avant qu’il soit grand jour.

Partons, la mer est belle;
Embarquons-nous, pêcheurs,
Guidons notre nacelle,
Ramons avec ardeur.
Aux mâts hissons les voiles,
Le ciel est pur et beau,
Je vois briller l’étoile
Qui guide les matelots!

Ainsi chantait mon père
Lorsqu’il quitta le port.
Il ne s’attendait guère
À y trouver la mort.
Par les vents, par l’orage,
Il fut surpris soudain,
Et d’un cruel naufrage
Il subit le destin.

Partons, la mer est belle;
Embarquons-nous, pêcheurs,
Guidons notre nacelle,
Ramons avec ardeur.
Aux mâts hissons les voiles,
Le ciel est pur et beau,
Je vois briller l’étoile
Qui guide les matelots!

Je n’ai plus que ma mère
Qui ne possède rien;
Elle est dans la misère,
Je suis son seul soutien.
Ramons, ramons bien vite,
Je l’aperçois là-bas,
Je la vois qui m’invite
En me tendant les bras.

Balthazar: un tour du monde qui donne le goût

Stéphane a déniché un exemplaire du livre Balthazar, un tour du monde en famille dans une librairie de livre usagés. Ça nous était prédestiné.

Leur tour du monde: 5 ans de voyage par 3 océans et 34 pays, avec en banque plus de 32 000 milles nautiques en famille.

Leur livre: 130 pages de photos et d’anecdotes et 1001 raisons de vivre l’expérience à notre tour.

Moi aussi, je veux enseigner la géographie de la manière la plus efficace à mes enfants. Et leur faire découvrir un monde tellement différent de notre réalité montréalaise.

Est-ce que ça vous surprendrait si je vous disais que ça a été mon livre de chevet pendant quelques mois?

Ohé ! Ohé ! Matelot, Matelot navigue sur les flots

Avoir un bébé, ça veut dire recevoir un tonne de cadeaux (merci tout le monde!). Parmi tout ce que j’ai reçu, je vous dirais que j’ai eu un gros coup de coeur pour le BB Bandana d’Electrik Kidz offert par mon amie Zélia.

C’est subtil, tellement mignon qu’on lui laisse quand on sort, ça tient la suce mieux que n’importe quoi et ça ramasse si bien les coulisses de bave.

Laurent-matelot-1

En plus, ça lui donne un beau petit air de matelot, non?

Un bateau sans rame ni moteur, ça avance comment?

Juin 2007. C’est le premier anniversaire en compagnie de mon nouveau copain. Il m’annonce que, pour mon cadeau, il m’amènerait passer une journée en bateau, mais me laissait deviner de quel type d’embarcation il s’agissait.

bateau-papier

En kayak?

-Non

En canot?

-Non

En bateau à moteur?

-Non

Heu… Ça avance avec des rames?

-Non

Ben là, un bateau, si ça n’avance pas avec des rames ni avec un moteur, ça avance comment?

Et ça m’a pris un gros dix minutes à essayer de trouver, gênée. J’étais vraiment pas vite. J’ai même fini par demander de l’aide à mon coloc qui l’a eu du premier coup. Malaise.

Je vous jure que maintenant, je sais qu’un bateau, sans rame ni moteur, ça peut avancer avec du vent.

Un régate-mobile

Nos amis connaissent évidemment notre passion pour la voile. Et ça donne lieu à des idées plus-qu’originales quand vient le temps de s’échanger des cadeaux. Pour son arrivée, Laurent s’est donc vu offrir par Chloé et Marc ce magnifique mobile de voiliers fabriqué à la main par les artisans de la compagnie danoise Flensted.

Mobile-voilier

Mobile-voiliers

L’objet trône depuis ce temps-là comme une pièce maîtresse dans la décoration de sa chambre. C’est aérien et délicat (et franchement très beau). Je l’ai installé juste à côté de la chaise où j’allaite. Maintenant qu’il commence à interagir un peu plus avec son environnement, il essaie d’attraper les petits bateaux qui flottent dans les airs. Mignon comme tout.