Comment faire du voilier sans posséder son propre bateau?

Quand on a commencé à parler de notre projet de tour du monde en voilier, la première réaction de bien des gens était: «Ouch, mais comment vous aller faire pour payer ça? C’est cher de faire de la voile, non?»

C’est vrai qu’ici au Québec, on n’a pas une très grande tradition marine (même si on est entouré d’eau et que il n’y a pas si longtemps que ça, c’était le seul moyen de transport…). Alors ça peut être très laborieux de trouver un endroit où louer des embarcations sans payer le gros prix (l’offre et la demande, on n’y échappe pas).

On fait le calcul que de louer des voiliers peut nous coûter de 800 à 2000$ par été, tout dépendant de l’endroit et de la fréquence où on en fera. Et on se rend compte qu’il est possible de s’acheter un petit bateau pour commencer pour environ 3000 à 5000$ (plus les frais de mouillage, de réparation et d’hivernage, on sait). Mais quand même, ça vient avec la liberté de commencer la journée plus tard que 9h et de la terminer plus tard que 17h. L’idée de s’acheter un petit bateau nous trottait donc dans la tête un peu.

marina

En fin de semaine, on est allé faire un tour dans mon coin de pays et on a visité les marinas de Saint-Michel et de Berthier-sur-mer. Juste pour voir les différentes marques de voiliers et commencer à voir ce qui nous plaît le plus. Et on a jasé avec plusieurs propriétaires de voilier bien sympathiques. Le constat? C’est peut-être possible de se pointer dans une marina le matin et de se faire embarquer random sur un voilier pour la journée.

Ça vaudrait le coup d’essayer avant de se lancer dans le gros achat.

Advertisements

L’initiation du petit poisson

Laurent a eu son initiation à la voile en mai dernier. Et son initiation à la nage dans un lac à la St-Jean-Baptiste (parce que c’est bien beau avoir du plaisir sur l’eau, il faut aussi avoir du plaisir dans l’eau).

Bébé-Laurent-au-Lac-1

Oui, Laurent était en commando.

Bébé-Laurent-au-Lac-3

L’eau était un peu froide, mais… ça n’a pas été long que le plaisir a pris le dessus!

Bébé-Laurent-au-Lac-2

Allô? Qui est là?

L’idée de partir faire le tour du monde en voilier pendant un an me plaît énormément. Être coupée de toute communication avec le monde extérieur, un peu moins.

J’ai déjà entendu parlé du téléphone satellite, mais j’étais curieuse de voir combien ça coûterait avoir ce genre de luxe.

Ouch.

On parle de 1200$ à 1500$ pour l’achat d’un appareil satellite. Et d’environ 750$ pour 500 minutes utilisables durant un an. Et de 140$ pour l’achat d’un hotspot wifi.

J’imagine que d’ici à ce qu’on soit prêts pour le grand départ, les prix auront le temps de changer. J’imagine.

Le Guide Prana: naviguer dans les Antilles pour les nuls

Je suis tombé sur le blogue Prana ce matin. C’est une véritable petite mine d’or d’informations pour ceux qui veulent faire de la voile dans le secteur des Antilles.

Leur point de vue pour l’été 2013.

Prana, c’est un couple de Montréalais dans la cinquantaine qui vivent sur leur voilier depuis trois ans. Ils partagent les insides qu’ils ont trouvé sur place dans le secteur des Antilles, de Porto Rico à Tobago.

Je dis surtout merci pour leur sommaire des mouillages des Antilles. C’est tellement généreux de leur part de partager ce condensé d’informations! On conserve ça précieusement.

Le contrepoids

On a commencé à faire de la voile plus sérieusement l’année dernière, quand on a pris nos cours avec Pierre, au même moment où j’étais bien enceinte de Laurent.

Je dois avouer que j’avais de la misère à aller faire les manoeuvre au pont. Je n’avais pas d’équilibre et je trouvais ça vraiment dur de rester stable avec un genou sur le génois. Mais j’étais beaucoup trop orgueilleuse pour laisser faire ces manoeuvres par les autres, alors je chialais en silence.

Quand on a fait notre première sortie de l’année, je me suis surprise à n’avoir aucune difficulté à me promener sur le pont. J’étais même à l’aise. Et je me suis rendu compte que mon problème de mobilité, ça devait simplement être une question de bedaine.

Dah.

Examen de voile | août 2012

Examen de voile | août 2012

Profiter du calme plat

Faire du voilier sans vent, ça peut être long longtemps. Quand on est revenu de notre dernière sortie de voile il y a deux semaines, on s’est dit que ça serait le fun d’amener des jeux pour passer le temps la prochaine fois où l’eau se prendrait pour un miroir. Assez peinard, on sait.

On a donc pris le taureau par les cornes et commencé à chercher un jeu qui s’amènerait bien sur l’eau. On aime bien jouer au Cribble, mais un jeu de cartes et le vent ne vont pas bien ensemble. Jusqu’à ce qu’on trouve ceci.

Jeu de cartes magnétisées

C’est un jeu de carte magnétisées qui collent vraiment super bien sur une table de jeu (aimantée). Pas de stress avec le vent ou la gîte.

Un monde de possibilités s’offre à nous maintenant.

Miroir, Miroir, quand y aura-t’il du vent?

On n’aurait pas pu avoir une journée de voile plus pépère pour la première sortie de Laurent: le lac St-Louis était un véritable miroir.

IMG_1382

Le ciel était magnifiquement bleu, ponctué de petits nuages blanc. Le soleil était radieux, bien chaud. Et il n’y avait pas une miette de vent. De loin, les gens devaient penser qu’on faisait de la voile. Mais non. On gérait plutôt un parasol. Il a fallu faire attention pour ne pas avoir un petit bébé steamé.

IMG_1418

Le point positif: aucun stress avec Laurent qui a fait ça comme un champion. On lui avait acheté un petit VFI de bébé, qu’on n’a même pas eu besoin de lui mettre. On aurait par contre penser à amener des cartes ou des jeux de route pour passer le temps. On a fait du sur-place la majeure partie de la journée. Sans ancre. Et de façon bien involontaire.

Voile-18-mai-1

On espère juste qu’on n’aura pas trop couper l’envie à Chloé et Marc de nous accompagner à nouveau. Et que je vais pouvoir me pratiquer plus que ça la prochaine fois. Dur dur de sentir le bateau quand ça a zéro propulsion.

Bon, on a déjà hâte à la prochaine fois.